04.93.68.57.26 - 06.07.59.51.74

Viager financier

Une bonne manière pour un retraité de s’assurer des jours heureux consiste à percevoir une rente d’un viager immobilier. Il propose en effet son bien, que ce soit une maison ou un appartement, à la vente en tant que viager libre ou viager occupé. L’acquéreur verse alors un capital de base puis une rente mensuelle à l’ancien propriétaire qui peut vivre sans inquiétude financière.

L’avantage pour l’acquéreur est que bien souvent cela lui permet d’accéder à des biens immobiliers d’exception, inaccessibles dans une vente classique.

Cependant si vous avez un bien immobilier dont vous ne souhaitez pas vous dessaisir il y a toujours possibilité de bénéficier d’une rente à vie avec le viager financier

Les acteurs principaux du viager financier

– le crédirentier : c’est celui qui souscrit au viager financier. Il verse son bien financier à une société d’assurance.
– le débirentier : c’est la société d’assurance. Elle a pour charge de reverser la rente viagère au crédirentier, jusqu’au décès de celui ci.
Bien entendu, pour que cette opération soit des plus intéressantes, le crédirentier doit verser un bon capital de base.

Les modes de versement du viager financier

Le versement de la rente s’effectue selon les modalités conclues entre le crédirentier et le débirentier lors de l’établissement du contrat de viager financier. Les versements peuvent être mensuels, trimestriels ou encore annuels. Au décès du crédirentier, le capital est d’ordinaire « perdu », il n’est pas restitué à un membre de la famille. Une réversion pourra donc être stipulée au préalable dans le contrat pour éviter de laisser un conjoint par exemple dans le besoin. A noter qu’en dehors du décès, à aucun moment le crédirentier ne peut récupérer sous une forme ou une autre l’intégralité de son capital. Il faut donc bien réfléchir et investir de l’argent qu’il n’est pas nécessaire d’avoir en cas d’urgence.

Quant à l’imposition la rente est imposable avec l’ensemble des revenus, mais sur une fraction de son montant. 40 % du montant est imposable si la rente est mise en place entre 60 et 70 ans, et 30 % après les 70 ans du crédirentier.